Nos coordonnées

Esp'Art
1 allée Honoré de Balzac

76700 Harfleur

 

association@espart.fr

1 Costard Pour 2

Biographie

Thomas Louise, auteur compositeur interprète crée autour de ses compositions le groupe havrais 1 costard pour 2 en 2005, avec un premier concert fondateur au cabaret les yeux d’elsa.

En 2006, après une centaine de dates, le groupe sort en autoproduction un premier EP 7 titres, Pourvu qu’on ait l’ivresse.  Le titre  « maison blanche », portrait au vitriol De Bush marque les esprits (« un titre qui sur scène fait l’unanimité : irrésistible portrait en bretzel du président Bush… On fait des tubes pour moins que ça… » Chorus – n°163).

En passant de la tendresse au rire, du grincement de dents au sourire le groupe reçoit un accueil enthousiaste du public normand puis au-delà (Lille, Lyon, Bretagne, Auvergne…). Il effectue notamment les 1ère parties des Fatals Picards, Corbier.

En décembre 2009 le premier album 11 titre, Propre sur soi sort en distribution nationale (numérique et physique) sous le Label Absilone, distribué par Socadisc.


Le projet reçoit le parrainage du Cabaret Electric (Scène de Musique actuelle du Havre) où le groupe effectue après un accompagnement en résidence de plusieurs semaines son concert de pré-sortie d’album en Novembre 2008.

La production reçoit un soutien financier de la ville du Havre. Il a également été primé par le programme Envie d’agir du ministère de la jeunesse.

 Cet album concrétise aussi la rencontre artistique avec la chanteuse Buridane qui enregistre en duo le titre « petit pas ». Deux dates de concert partagés auront lieu ensuite, à l’Oreille qui traîne à Rouen et au Biplan à Lille.

La tournée 2009 – 2010 donnera lieu à une cinquantaine de dates dont les 1ères parties de Peps’s à Béthune, de Michel Delpech au Havre, des Wriggles au Festi’Val de Marne où le groupe est programmé. Il passe également sur la scène de la région Centre au printemps de Bourges.

Plusieurs articles de presse spécialisée saluent cet album tel le magazine de référence CHORUS qui signe un portrait de Thomas Louise au printemps 2009.

Plusieurs critique de concert souligne la dynamique scénique du groupe (« Des applaudissements à tout rompre,  des éclats de rire, des travées bien remplies, des artistes qui se donnent à fond… les ingrédients étaients réunis samedi soir pour une rencontre réussie… distillé par la joyeuse bande d’1 costard pour 2 ». Le Havre Libre, septembre 2009)

Au printemps 2009, lors d’une résidence au Théâtre des Bains-douches, Le Havre, le tour de chant s’enrichi d’un décor, sur une mise en scène de Xavier Perier et une création lumière de Muriel Sachs. 

Le spectacle «C’est pas la mer à boire » donnera lieu à deux représentations en mai au théâtre des Bains –Douches et en septembre dans le cadre de la saison culturelle de Montivilliers, ainsi qu’une série de quatre dates parisienne, au Théâtre de L’Essaïon.

 

Enfin en mars 2010, un an avant son décès et après plusieurs rencontres personnelles dans les cabarets parisiens et dans leurs quartiers de vie de Ménilmontant en 2009 et 2010 qui auront fortement marqué humainement et artistiquement Thomas Louise, il effectue en duo piano-voix la 1ère partie d’Allain Leprest à Juliobona, Lillebonne, dont est extraite une captation live (voir art presse ci-dessous)

Allain Leprest s’est imposé comme une référence et une étoile qui guide le travail de Thomas Louise.

Ce dernier concert public a également marqué la création d’une formule en piano voix avec Damien JOETS  (Pianiste diplôme fin de cycle ENM de Fresnes, DUMI. Collaboration : Musique de théâtre > Comment monsieur Mockinpott fut libéré de ses tourments ; Le Timide au palais (Théâtre 13, Paris + tournée) création musicale, piano, clarinette ; Violette – (Théâtre du Pecq, Théâtre Clavel) piano  // Accompagnement d’artistes chanson : Claire Jau ; François Perrin ; Nicolas Haas).

Cette formule a marqué artistiquement un tournant dans le projet en donnant l’envie d’approfondir cette nouvelle couleur musicale. 

Actualités

Nouvel album et nouvelle tournée 2013 - 2014


"Tous les chemins conduisent à la mer"


Thomas Louise écrit sur des impressions, souvenirs du couchant, des brumes du levant. La seine n'est pas un long fleuve tranquille. L'enfant construit des remparts de sable contre les vagues. Le monde et ses méandres emportent les cerfs-volants. Les vagues gonflent puis la mer se retire à nouveau.

Il reste des sentiments, des impressions... On s'amarre au comptoir du quai, on dépose le costard. Un type joue au piano un vieux jazz, des maux doux et amers, un peu de nacre. De la sève de Souchon, d'emportement de Brel, une liqueur de Leprest. Pourvu qu'on ait l'ivresse, on y reste une nuit. On combat, on enrage, on désespère, on en rit, on divague.

Puis au matin, on remonte sur scène !

vidéo